Collage JaeRayMie vu Paris 20 (2022)

 

« La peur mène à la colère, la colère mène à la haine,
la haine mène à la souffrance »

Maître Yoda, Star Wars

 

Ils font mine de se soucier des classes populaires qu’ils ne connaissent pas et méprisent les plus précaires qu’ils ont à cœur de maintenir en état de dépendance charitable. Je tacle sans vergogne l’intelligentsia qui se croit « de gauche », autant que l’extrême droite qui se fait passer pour ce qu’elle n’est pas. Inutile de revenir sur Internet que la bourgeoisie cultivée a trop longtemps délaissé par mépris, tout comme la télévision qui la débecte, en laissant l’extrême droite y prendre ses aises et infuser sa pensée. Tu as lu la Servitude volontaire de De la Boétie ? Je te prie de prendre le temps de lire Alain Accardo.

Gangrénés par leurs guerres d’egos revanchardes et leur dégoût des « emportements » de celui qui n’a eu de cesse de poursuivre sa voie, aveuglés par leurs certitudes rances et leurs préjugés, ils n’ont pas saisi l’opportunité qu’il y aurait eu à bénéficier de deux semaines de débat médiatique autour d’idées émancipatrices et solidaires, quoique nous savions déjà que le second tour ne serait pas gagné, tant les forces bourgeoises et réactionnaires se seraient déchainées.

Nous n’avons pas eu besoin de cette issue pour les voir à l’œuvre, les leaders déversant sans retenue leurs vulgaires insultes pour la survie de leurs partis, afin de maintenir coûte que coûte leurs places, au mépris de ce que nous aurions collectivement pu y gagner. En place et lieu de cela, c’est reparti comme en quarante. Leurs thèmes favoris sont libres de se déployer aisément, encore et toujours, on nous ressert la mauvaise soupe, tandis que la menteuse fasciste se la joue sociale.

Si le barrage fonctionne, cette fois encore, réélire Macron équivaudra à la poursuite de la casse sociale, laquelle nous conduit inexorablement vers l’extrême droite. Autour de moi, ça tangue, il faut dire que l’amertume est à son paroxysme. Il n’est plus question de réponse rationnelle, les passions tristes ont fait leur œuvre. Pauvrophobie et racisme décomplexé, inégalité et précarité, destruction de nos services publics, individualisme et nihilisme, à-quoi-bonisme, effondrement climatique, fracture Nord Sud… Sur cela prospèrent les réactionnaires, sectaires, et les fascistes en guet-apens, prêt à se nourrir de la misère et de l’ignorance. Les dés sont jetés, le pire est à venir.

Camarade, l’avenir est sombre, mais je dois te dire que ni toi ni moi ne devons baisser les bras, parce qu’il n’y a pas d’autre choix, et que nous, qui le pouvons, devons malgré tout faire vivre l’espoir. Il y a quelques années, une vieille dame communiste m’avait demandé la signification du tatouage Amor fati sur mon bras. Je m’étais expliquée, ce à quoi elle avait répondu : « Ma maxime est beaucoup plus simple : il faut se battre. »

Par rapport à l’échéance à venir, fais ce que tu veux, fais ce que tu peux, mais je t’en conjure, ne donne pas ta voix à Le Pen. Garde l’esprit clair, la colère est mauvaise conseillère, reste vaillant.e, sors de la réaction qui ne t’honore pas, rassemblons-nous partout autour de tout ce qui peut nous unir, parlons aux gens, ne devenons pas méprisants comme ceux contre lesquels nous luttons, refusons de nous laisser contaminer et agir par les maux du monde. Sauvegardons ce qui peut encore l’être : a minima notre dignité. Ces mots, je te les adresse et je les pose pour moi-même, afin de rester fidèle à ce en quoi je crois. On est là.

s’exposer

Écrire « je »  pour critiquer le narcissisme et l’individualisme décomplexés de notre société est pour le moins contradictoire. Il est des contradictions auxquelles il est difficile d’échapper.  

bête et méchant

Mais pourquoi ce besoin d’humilier l’autre, c’est quoi l’idée ? C’est aussi simple que ça : j’écrase – l’autre – pour me sentir supérieur – à lui. Je le fais devant un public pour nourrir mon égo mal réglé.

se nourrir des autres

contre le fascisme qui vient, il faut, entre nous, des ponts plutôt que des murs, et que chacun se garde de devenir un fasciste qui s’ignore.

règle du je

C’est parce que je me vois regarder mon reflet dans le miroir des réseaux sociaux, que je te vois le faire aussi. Je nous vois bricoler pour récolter de l’attention.

artistes

Tous les hommes, toutes les femmes, tous les enfants du monde sont des artistes en puissance. Chacun de nous porte en lui un potentiel artistique qui se développerait si il y était encouragé.