des étiquettes

Si tu te permets de me mépriser, alors que tu n’as fait que te reposer sur les lauriers de ta généalogie, tu me permettras de te renvoyer cordialement ton mépris : je milite pour la symétrie des relations.

trop bonne trop conne

Je suis gentille mais j’ai aussi un grand potentiel dragon : ne t’avise pas à me prendre pour une conne, car je pourrais choisir de te mordre très fort en réaction.

du mépris

A l’adolescence mon père m’a fait découvrir le monde du travail en m’employant dans le restaurant d’entreprise dont il était le gérant. Il m’avait expliqué pourquoi je devais, comme les autres, commencer par l’activité la plus ingrate.

estime-toi mieux que ça

L’éthique m’encourage à faire preuve d’indulgence à mon égard, à ne pas me laisser aller au mépris de moi-même (défaut de qualité), ou à la vanité (excès de qualité).

bête et méchant

Mais pourquoi ce besoin d’humilier l’autre, c’est quoi l’idée ? C’est aussi simple que ça : j’écrase – l’autre – pour me sentir supérieur – à lui. Je le fais devant un public pour nourrir mon égo mal réglé.

no logo

Un beau vêtement impressionne les impressionnables, beaucoup font les hommes-sandwichs pour des marques capitalistes dénuées d’éthique.

à toi de jouer

On arrive au monde sans l’avoir demandé, sans avoir eu le choix de rien. On ne mérite pas plus d’être né pauvre ou riche, noir ou blanc…

on n’est pas condamné

C’est con de ne pas parler à l’autre qu’on prend pour un con, parce qu’en s’y prenant comme ça, on le condamne à rester con.

c’est pas nous les fous

Ayant cessé de me soucier du qu’en dira-t-on, je vais m’appliquer à développer mon idée comme il me semble nécessaire de le faire, avec la conscience de ce qui vient à nous.